Publié le 26 Juillet 2017

Le goût de tes lèvres, de ta peau et cette trace olfactive infime que tu laisses sur ma peau.

La caresse sur ma joue, lorsque tu enveloppes mon visage de tes mains pour m’embrasser.

Les confidences échangées, les yeux dans les yeux, le souffle accroché à celui de l’autre.

Ce changement flagrant d’attitude, si attentionnée en public, prédatrice lorsque tu m’as pour toi seul.

 

Une présence dans ma vie qui n’a pas de continuité, une réalité abstraite, un rêve éveillé.

 

Je me demande quand ces images quitteront mon esprit.

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2017

Je vais rester aux rayons des surprises.

 

J’ai beau ne pas être née de la dernière pluie – si, si, je vous assure – j’ai cette capacité à me laisser surprendre… qui me perdra. Le bon côté de la chose est que ma vie est faite de moments forts ou inattendus, un peu comme lorsqu’on a Alzheimer.

 

Par exemple, en Italie, je suis accueillie à grands renforts de « Amore » (« Amore, sei tornata ! », « Che ne pensi amore ? »), ce qui est fort agréable par ailleurs. Entre filles et amies, j’ai pris l’habitude avec le temps. J’ai tout de même un peu plus de peine quand les garçons m’appellent « Tesoro », surtout quand j’ai moins de contacts avec eux. A chaque fois, j’ai un grand regard étonné ! En fait, je pense même que je dois avoir un point d’interrogation en signaux de fumée au-dessus de la tête. Franchement, ça vous passerait par la tête de dire à des connaissances « trésor » ? 

 
Si j’ai le contact physique facile, les mots ont une grande importance. Et là, j’ai l’impression qu’ils sont galvaudés.

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2017

C’est avec un objectif précis.

 

Je viens à peine de recevoir cet abonnement de fitness d’une durée de trois mois et, déjà, le fitness m’envoie un rabais, à faire valoir sur un abonnement annuel. Et la lettre commence précisément de la façon susmentionnée.

 

Sans me considérer comme sportive, je suis loin d’être sédentaire. Par conséquent, la formule - sous-entendant que je veux me prendre en main et me remettre en forme - m’a fait sourire. Ça m’a rappelé le résultat d’un questionnaire que j’avais rempli au travail. A la suite de la mise en place de différentes activités proposées par mon entreprise pour le bien-être de son personnel, un questionnaire avait été distribué pour mesurer l’impact de la mesure et la satisfaction des employés.

 

Il nous était parvenu à une période où je préparais un dan et le nombre de mes heures d’entraînement excédait les 10 heures par semaine (sans les week-ends)… et où je délaissais clairement le programme dit « Midi-tonus ». Comme résultat de mon questionnaire, j’avais reçu le vif conseil de faire du sport pour garder la forme et, par conséquent, l’efficacité au travail. Il devrait me renvoyer un questionnaire maintenant, trois midis sur cinq je profite du programme, en plus de ce que je fais pour et dans mon club.

 

Toujours est-il que cet abonnement fera juste le joint pendant les vacances scolaires. Après, je reprendrai mon programme habituel.

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2017

Susciter la surprise, provoquer l'hésitation, semble être un objectif que l’on peut aisément atteindre avec moi. Qui s’en aperçoit l’utilise parfois avec doigté, parfois avec maladresse.

 

Je me suis retrouvée dans une sortie « mecs » lors de mes vacances. Ils n’ont pas eu le cœur de me renvoyer, mais par contre ils ont mis à profit l’occasion pour essayer de décortiquer ma sexualité. A mesure qu’ils fantasmaient sur mes attentes, mes envies, qu’ils me posaient des questions sur les caresses dont je pouvais avoir le secret, je m’empourprais toujours plus, me demandant si c’était du 2e degré – probablement – ou si c’était l’alcool qui parlait – probablement aussi. Je dois dire que ma réaction ne pouvait que les inciter à continuer.

 

J’ai quand même bien ri… finalement, dans ces soirées, qu’elles soient masculines ou féminines, on finit toujours par parler du camp d’en face.

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 18 Juillet 2017

J’ai reçu, pour mon anniversaire prochain, un abonnement découverte dans l’un de ces lieux où le culte du muscle saillant est roi.

 

Comme je n’ai pas le regard vissé sur le miroir et je ne me perds pas dans l’écoute d’un morceau de musique choisi spécialement pour l’entraînement, je prends le temps de regarder autour de moi. J’ai même parlé à mon voisin de « machine » qui m’a regardée comme une extraterrestre. Que n’y ai-je pensé ! On ne dérange pas une diva en plein acte d’autisme nombriliste. Excusez-moi, je ne voulais pas vous arracher à la contemplation de ce muscle – qui s’est probablement froissé de ne pas avoir été regardé une fraction de seconde. J’avoue que certains personnages et certaines dégaines m’ont franchement fait sourire, à défaut de pouvoir éclater de rire.

 

Heureusement à l’approche des horaires des cours collectifs, j’ai vu arriver des gens normaux, c’est-à-dire non dépendants de la gonflette, qui discutaient entre eux, voire qui s’inquiétaient de la petite nouvelle qui voulait peut-être se joindre à leur groupe. Je n’ai pas encore eu l’occasion de participer à l’un de ces cours, mais elle ne saurait tarder.

 

En route vers de nouvelles aventures!

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 10 Juillet 2017

D'aussi loin que je me souvienne, les insulaires disaient que la période de pleine lune correspondait à celle du scirocco.

Sa moiteur écrase les gens qui deviennent apathiques. La vie devient soudain intemporelle. Ils errent indécis, le vent chaud, la mer capricieuse et le temps couvert ne motivant que très moyennement à une journée de plage. Les plantes, les fleurs, quant à elles, se gorgent de l'humidité ambiante et se parent de leurs plus belles couleurs, orange vif, fuchsia, rose profond, violet tendre. J'ai regretté lors de ma balade de ne pas avoir pris mon appareil-photo.

Mais les vainqueurs incontestés de cette journée sont les moustiques qui ont surmonté leur aversion pour la citronnelle pour venir s'abreuver de mon sang.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2017

Ils sont drôles, bruyants, se déplacent en groupe, avec enfants et bagages, aiment boire, manger. Dans leur sillon, ils emportent toute personne susceptible de faire ripaille avec eux. S'il est agréable de les suivre, de rire et de festoyer, comme le reste, la chose ne doit pas devenir systématique. J'aime aussi, et surtout, renouer avec l'intime, recréer le noyau fort de mon couple, m'aventurer au gré des bouquins dans de nouvelles histoires, m'éloigner du bruit et des obligations pour recharger mes batteries. En quelques mots, redevenir sauvage, instinctive, rebelle! C'est déjà suffisant de s'adapter au moule le reste de l'année!

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2017

Il a le regard bleu, empli de bienveillance. Je n'avais encore jamais eu l'occasion de parler avec lui, tant il s'occupait de sa femme aveugle. Veillant au ménage - mais oui, il y a deux, trois petites choses à faire au camping - aux courses, aux repas. En fin de journée, il accompagnait sa femme à la douche, l'attendant patiemment au coin des douches pour dames, pour la raccompagner à la tente. La journée, ils partaient faire du canoë sur la mer. Il n'a jamais haussé la voix, jamais perdu patience, alors qu'elle l'invectivait souvent.

Cette année, la tente est restée longtemps inoccupée. Il est revenu seul. J'ai pris des nouvelles de lui, de sa femme. Et j'ai croisé son regard pour la première fois.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2017

Je les entends s'agiter, alors que la torpeur du matin me cueille. Ils se précipitent pour réserver leur place sur la plage, sous les arbres, très prisée. Ils transportent serviettes, chaises-longues, palmes, masques et tubas. Je souris et me retourne dans la couchette, en m'étirant. Encore un petit peu! Il n'y a pas d'urgence à se lever. Je suis si bien.

Avant d'aller à la plage, j'irai sans doute boire un café ou je ferai une balade jusqu'au village pour faire quelques emplettes, faire le plein de fruits, discuter avec la boulangère, éventuellement déguster une glace. Pas besoin de me précipiter, le soleil luira toute la journée et personne ne dérobera la plage en mon absence. Je ne suis de toute façon pas une fan de la bronzette à tout prix. Accessoirement, j'ai beau être brune, ma peau est récalcitrante à un excès de soleil. Et me coucher sur une plage, même un quart d'heure, est déjà un excès. J'irai faire le fantôme translucide sur la plage à un autre moment.

D'ailleurs, le seul plaisir d'une plage, c'est l'étendue d'eau qui la longe, non ? Me glisser dans l'eau limpide, m'éloigner du bord où les enfants s'ébrouent, et en goûter la fraîcheur, la caresse... Je me laisse porter. C'est-y pas merveilleux? 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 4 Juillet 2017

Mieux vaut avoir les pieds et la tente bien ancrés au sol, la peau et les lèvres bien hydratées pour faire face au mistral. Grand pourvoyeur du chant des feuilles, gai luron dans les cheveux dénoués, gardien attentif d'un sommeil profond et reposant, il sème joie, folie et fraîcheur dans le camping.

Voir les commentaires

Repost 0