Publié le 28 Mars 2017

La mode est aux hommes à barbe. Me voici ravie puisque j'ai toujours aimé ce signe extérieur de virilité. D'ailleurs, à la maison, je n'ai que des poilus. Ma préférence va aux hommes qui ont le look d'Aragorn, mais le côté rustique et buriné me plaît bien aussi. Cela dit, cette histoire de poils, c'est toute une affaire. On affiche des poils là où l'on doit les voir et apparemment, là où on les cache, on les supprime carrément. Et ce n'est pas l'apanage des filles. Je me suis arrêtée dans une petite rue, l'autre jour, en découvrant un centre esthétique uniquement dédié aux hommes. Les employés sont-ils uniquement des hommes aussi? Pour plus d'aisance au moment de "faire le maillot" ou l'intégral? Alors que le poil devient le bouc émissaire de tous les maux, les pratiques sexuelles sont de plus en plus débridées. Les confidences des jeunes dans le tram sont parfois édifiantes.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 24 Mars 2017

Celui-ci n’est pas de moi, mais comme je le trouve sympa, je l’utilise comme titre.

 

Au menu de la perte de poids, est-ce que l’alcool est banni, en dehors du jour joker ? Nous n’en sommes qu’à la première semaine et le week-end approche, week-end qui est source de plaisirs variés. Dans la liste que je vous laisserai le soin de dresser à votre goût, il y a la question de l’alcool. C’est le seul moment de la semaine où nous nous octroyons du vin ou de l’absinthe avant le repas – sans parler des oléagineux, la viande séchée, les petits légumes qui peuvent accompagner ce genre de réjouissances. Il est évident que baisser ou supprimer la consommation d’un « aliment » baisse ou supprime son apport ce qui, par conséquent, a un effet bénéfique. Pas besoin d’un coach ou d’un plan d’alimentation pour arriver à cette conclusion. Mais où est le plaisir ? Ce moment où l’on se retrouve autour d’une table à parler de tout et de rien, en picorant et en savourant des cépages différents, humm ? Le plaisir est-il égal, en ne trinquant que de l’eau pétillante agrémentée d’un peu de citron ?

 

Je vous tiens au courant.

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 23 Mars 2017

A midi, j’étais encore assise sur un escalier, au soleil, à prendre conscience, à « absorber » le printemps. Tout sens en éveil, je savourais la chaleur du soleil, en écoutant le chant des oiseaux et en admirant les mille petites fleurs qui parsemaient le jardin en terrasse, le long de l’escalier.

 

A peine quelques heures plus tard, en sortant de mon cours, les infos relataient une nouvelle tragédie où des vies ont été fauchées soudainement, injustement, inutilement. Des jeunes, des moins jeunes. La violence, serait-elle l'unique forme d'expression vers laquelle on tend? Sans aucune autre espèce d'efforts?

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 22 Mars 2017

On dit que l’hésitation est le propre de l’intelligence. Pourtant, il suffit d’une hésitation et tout peut changer.

 

Quelle qu’en soit la cause, timidité soudaine, flottement passager, peur secrète, prudence accrue, caprice de la mémoire, quelle que soit la situation, lors d’une compétition, sur la route, au détour d’une rencontre, dans la vie en général, cette fraction de secondes, ce souffle en moins, ce point d’interrogation suspendu en l’air peut avoir une incidence sur la suite. Aussi minime soit-il, ce temps d’arrêt passe rarement inaperçu, ouvre une brèche et soulève des questions. J’ai hésité lorsqu’il a été question de me marier, parce que je n’y voyais pas l’intérêt. J’ai hésité lorsqu’il a fallu partir, parce que je brisais mes engagements. Je n’ai pas hésité lorsque j’ai voulu des enfants, je n’ai pas hésité à choisir leur bien-être…

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 19 Mars 2017

Je suis du matin.

Non pas en termes de sommeil parce que, sans radio-réveil, je dormirai certainement encore un peu. En plus, le soir, quand je vais me coucher, je ne ne peux plus avant. Je n'ai qu'une seule envie: dormir. Par contre, dès que la lumière du jour chatouille les paupières et sort le corps de sa torpeur, dès que le chant des oiseaux appelle l'attention et pousse à la conscience, cette même conscience qui enregistre la chaleur de la couche, le plaisir d'une nuit complète, la présence de celui qu'on aime, l'absence d'horaires contraignants... bref un réveil en douceur.... Et bien, ce moment-là est désormais révolu.

Mon compagnon s'est inscrit dans un programme de perte de poids qui inclut une balade d'une heure avant le petit déjeuner. Évidemment, un tel programme matinal n'est raisonnablement possible que les jours fériés. Or donc, ce matin, aux premières heures, nous nous sommes mêlés aux coureurs, cyclistes et nordic walkers. Les gens sont fous! Qu'est-ce qu'ils ont à s'agiter dès le matin, hein?

Je marchais machinalement, comme un cheval qui revient à l'écurie, l'esprit bloqué dans une demi-conscience, parce que pas réveillé en douceur. Vous savez quoi? Je veux bien donner un coup de main, serrer les coudes et tout et tout... Mais franchement, je préférais l'autre réveil, en état de grâce.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 17 Mars 2017

Seule tache dans le ciel couchant, ce nuage avait perdu son aspect duveteux et s’étirait démesurément, comme si une personne s’était amusée à le repasser. Terriblement fin et, à la fois, plissé, comme si le fer avait été trop chaud. Le soleil, à l’horizontal, lui donnait toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

 

Le nez en l’air et perdue dans mes pensées, je me suis rappelée, en l’observant, les fois où j’ai eu d’étranges sensations dans ma vie. Ces fois où j’ai eu l’impression d’être une voleuse dans ma propre vie. Cette fois où il m’a été dit « Je n’ai que toi et elle ». Ou cette autre où l’on m’a déclaré « Choisis ce fils, je garderai l’autre, c’est mon préféré ».

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 15 Mars 2017

Dans l'air du temps - et au rayon des bonnes nouvelles - le printemps pointe le bout de son nez. Mes collègues éternuent, mon chat perd ses poils, les merles s’époumonent dès le petit matin, le jardin se remplit de violettes et il va bientôt falloir que je parte en quête d'orties pour la soupe de saison et d'ail des ours pour les sauces ou marinades diverses...

 

Mais pas que... c'est également l'anniversaire d'H-IL, à qui j'envoie tous mes voeux blogosphériques!

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 14 Mars 2017

Je vis dans un pays où il a fallu attendre les années 70 pour que les femmes aient le droit de vote, les années 80 pour qu’elles puissent ouvrir un compte en banque sans l’accord de son mari, les années 90 pour qu’une loi fédérale sur l’égalité hommes-femmes soit entérinée, les années 2000 pour que le droit du divorce soit révisé, l’avortement dépénalisé, les violences dans les couples poursuivies d’office, l’assurance maternité enfin acceptée.

 

Je travaille dans une entreprise qui se gausse d'avoir atteint des objectifs, tels que la proportion d’apprentis et de stagiaires des hautes écoles prescrite, l’implication (attachement), l’information du personnel, le recrutement interne des cadres, la satisfaction au travail, la conciliation entre vie privée et vie professionnelle, la perception de la santé, la conduite du personnel, la répartition de femmes et de personnes handicapées employées dans certains départements. C’est bien, il est vrai que toutes les entreprises ne font pas autant d’efforts. Je m’étonne toutefois que les objectifs de satisfaction au travail ou de conciliation soient atteints, alors même que le salaire entre hommes et femmes n’est toujours pas équivalent, à condition égale, et que les femmes continuent de jongler avec leurs congés pour concilier vie professionnelle et privée (cf. la note d’hier).

 

Moi ce que j'en dis...

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 13 Mars 2017

Louise - nom d'emprunt - a 12 ans et a déjà subi un nombre conséquent d'opérations. Lors d'une IRM, les médecins ont découvert deux tumeurs au sommet de la colonne vertébrale, de chaque côté, touchant les nerfs, et une autre placée sous le cervelet dans la moelle épinière. Les neurochirurgiens ne pensent pas au cancer mais ne l'excluent pas à 100%. Ils soupçonnent une neurofibromatose. La suite des événements pour Louise est un bilan génétique, des entretiens avec les différents professeurs (yeux, mâchoire, dos et neuro) et généticiens. Ensemble, ils établiront un plan d'intervention avec les obligations et les risques!

 

Sa maman, vaillant petit soldat, lui insuffle le courage face à toutes ces opérations, se consacre à son fils en proie aux premières affres de l'adolescence, se dédie à son nouveau mari et mène son combat de front, en motivant ses troupes. Au travail, c'est une polyvalente, flexible, boute-en-train. Elle ne demande pas à travailler moins et sa hiérarchie, magnanime, lui a accordé cinq jours de congé - au lieu de trois prescrits dans le règlement. Je précise... cinq jours sur toute l'année! Comme si tous les examens et les heures qu'elle passera au chevet de sa fille après les différentes opérations pouvaient être condensés en cinq jours.

 

Au lieu d'établir une stratégie avec les RH, d'étendre ses heures de télétravail pour une plus grande flexibilité sur une période déterminée, de lui permettre ainsi de conserver ses congés pour prendre des vacances à un moment ou à un autre, de lui éviter un burn out et de faire en sorte que tout le monde y trouve plus ou moins son compte.

 

Non, non, ce sont cinq jours et le reste, elle doit les prendre sur ces vacances! Les chefs, réfléchissent-ils un peu ou quoi??? Quel est le but recherché?

Voir les commentaires

Rédigé par Lilas

Repost 0

Publié le 12 Mars 2017

Pour H-IL...

Je me rendais au centre commercial pour les achats hebdomadaires, après une semaine plutôt chargée. J'appréciais les faibles rayons du soleil, premier augure d'un week-end serein et agréable. En marchant, je faisais un bilan de ma semaine, de mes ressentis, de mon apparence générale. Je me disais justement que je devrais me donner un peu plus de peine. Franchement, de quoi avais-je l'air avec mes baskets bordeaux, ma longue jupe aubergine surmontée d'une marinière, d'une veste - genre veste en jeans - mais couleur jade sur laquelle j'avais mis une doudoune bordeau.... Et mon éternel chignon de travers, avec plein de mèches folles qui s'en échappent...

Je me disais que je n'avais pas d'allure. Pas tant pour moi, moi je m'en fous, mais pour plaire à mon homme! J'en étais là dans mes pensées, à me dire que j'avais un look improbable, quand j'ai croisé un homme qui sortait du centre. Il m'a saluée, poliment je lui ai répondu. Il m'a alors proposé de m'accompagner...

Allons bon! Non, je suis assez grande et je me débrouille toute seule!

M'enfin! 

Voir les commentaires

Repost 0