Publié le 29 Août 2016

Il y a parmi mes collègues une fille qui porte le même prénom que Zieuxbleus. J'ai su par des voies détournées qu'elle avait fait plusieurs fausses couches. Comme elle n'arrive pas à rester enceinte, elle a décidé de ne plus faire couper ses cheveux. Au moins une chose sur laquelle elle a le pouvoir de décision. Et ses cheveux roux s'allongent, s'allongent.

A la manière dont elle fond, elle doit aussi avoir développé un trouble alimentaire, autre signe de contrôle sur son corps, ce corps qui la trahit. Je ne suis pas assez proche d'elle pour entamer une conversation sur ce qu'elle ressent. Les quelques mots que j'échange avec elle sont tellement amers. J'espère cependant que d'autres personnes, plus proches d'elles, sont attentives.

Voir les commentaires

Publié le 27 Août 2016

Attente. Réponse. Respect. Voilà des mots qui reviennent souvent dans les discussions en ce moment, exacerbés par des coeurs à vif. Les personnes se reconnaîtront.

Dans la multitude de mots que l'on échange avec les personnes qu'on aime, il y a ceux qu'on voulait entendre et qui font ensuite foi pour nous. Je pourrais simplement copier et coller certains messages que l'on m'a envoyés pour illustrer le propos. Ces quelques mots, je vais cependant aller les pêcher dans mon répertoire, au hasard "je suis et serai toujours là pour toi".

Énoncés dans une période de deuil, je n'y aurais pas fait attention si la formule s'était arrêtée à "je suis là pour toi". Le contexte s'y prêtait. Mais en utilisant le futur, elle a pris pour moi la valeur d'une promesse. En tant que telle, elle a toujours sa place dans mon coeur, des années après. Et je compte sur le fait que la personne tienne parole et ce, même si c'est moi qui ai décidé que ces mots-là étaient importants et devaient être respectés. Sans que l'autre n'en sache rien.

Je devrais ne m'en prendre qu'à moi-même, mais nom d'un petit bonhomme, il y a certains mots qu'on ne devrait pas dire à la légère.

Voir les commentaires

Publié le 26 Août 2016

Ça dépend pour qui! Celui qui n'en donne pas ou celui qui est en attente? Celui qui reste silencieux se complaît dans son bonheur qu'il évite de partager. Et celui qui espère doit se faire à l'idée que l'autre n'est pas le pétrin. En somme, tout le monde est heureux!

Mouais, mouais... suis pas sûre d'être convaincue. Parce qu'à partir du moment où l'on se pose la question, c'est que le silence s'est déjà anormalement prolongé, que l'attente se fait vive. Le doute pointerait le bout de son nez, que ça ne m'étonnerait pas plus que cela! Et quand le doute pointe, on prend sur soi ou on se demande à quel moment la situation nous a échappé pour que l'oubli soit si facile.

En tout cas, c'est ce qui se passe pour moi. L'attente traîne alors son lot de doutes auto-suggérés et de fausses idées.

Voir les commentaires

Publié le 25 Août 2016

Il y a celle des sens et des sensations, celle qui rappelle un moment passé ou qui met le signal d'alarme en route. Chacun la nôtre au gré des expériences vécues.

Et puis... il y a la mémoire "physique", celle des mouvements (vélo, nage), celle des blessures - toujours physiques les blessures - où l'on réapprend à bouger après une déchirure, une fracture ou une luxation, et celle des heures et des heures d'entraînement dont le corps se souvient. Chez moi, les courbatures sont un élément quotidien, toujours présentes, toujours à me tirailler de part et d'autre. Il y a même des jours où j'ai 80 ans. Si! Si ! Demandez à mes collègues, elles vous le confirmeront. Des courbatures, on n'en parle jamais. Vous entendrez le mot "récupération" qui est plus technique et moins terre-à-terre. N'empêche que les courbatures sont là et bien là.

Un détail pris en compte dans le film que j'ai vu l'autre soir et qui m'a fait me sentir moins seule. Soit l'acteur sortait d'une séance d'entraînement - indispensable pour ce rôle - soit il est juste extraordinaire. On sentait dans sa manière de bouger le corps labouré par la douleur.... Sacré Jack! Je l'ai adoré tourmenté par un amour impossible, l'ai trouvé totalement détraqué par la guerre, en héros fantastique, il n'est pas mal non plus. En plus il est mimi, ce qui ne gâche rien.

Voir les commentaires

Publié le 22 Août 2016

Je visionnais des extraits de films, distraitement, en faisant tourner dans ma tête ce qu'on avait pu me raconter ces dernières semaines... en matière d'attentes et de besoins. Et je me disais qu'on ne peut pas savoir aujourd'hui ce qu'une histoire deviendra, qu'il ne faut pas essayer de tout maîtriser, qu'il est important de se laisser porter.

Parfois les sentiments sont clairs dans le début, mais parfois les personnes ont besoin de se perdre ailleurs, avant de comprendre ce qui est réellement important dans leur vie et de retourner sur leurs pas.

Voir les commentaires

Publié le 21 Août 2016

Ces derniers mois, j'ai dû perdre environ 5 kilos. Je dis environ car entre le poids maximal que j'ai pu avoir certains soirs et le poids minimal que je peux avoir certains matins maintenant, c'est difficile à définir. Peut-être un peu plus. Aussi, je flotte quelque peu dans certains de mes habits.

Et hier, je suis allée dans mon magasin préféré. Jusqu'à là, rien de bien nouveau. J'aime bien y aller un moment le samedi, y boire un café et, le cas échéant, y faire un achat. La séance d'essais commence. Entre les matières agréables au toucher et au porter, les coupes et les couleurs, elle aurait pu être fructueuse si j'avais trouvé la taille.

Je choisis donc un pantalon dont j'aimais la couleur, un beau rouge qui évoque l'automne, passe la taille que je porte "d'habitude", puis celle en-dessous qui s'avère encore trop grande. La taille d'après était quant à elle trop petite. Soit. De toute manière, je porte peu de pantalons. J'essaie alors une robe, de la même teinte que le pantalon. Dans la taille habituelle, je flotte carrément et le modèle en-dessous écrase la poitrine.

C'était une quête comme ça, mi-figue, mi-raisin.

Voir les commentaires

Publié le 20 Août 2016

La rentrée scolaire est dans toutes les bouches depuis une semaine.

J'ai une copine qui s'inquiète déjà du parcours de sa petite qui aurait dit à sa maîtresse qu'elle ne comprenait pas l'us de lever la main pour prendre la parole et qu'elle ne le ferait clairement pas. C'est vrai que Eve a un sacré caractère, mais elle s'y fera... avec ou sans sourire.

C'est vrai aussi que nous - les parents - espérons qu'ils comprendront rapidement pour qu'ils ne soient ni malheureux, ni rebutés par l'école (ou la vie plus tard). Ces "petites choses" ont leur volonté propre et feront ce qu'ils veulent quoiqu'on dise (et redise) ou qu'on veuille éviter. D'ailleurs ces " petites choses" comme je les appelle grandissent et continueront à faire des choix plus ou moins heureux, plus ou moins épineux. Bref deviendront des "nous" à leur tour.

Voir les commentaires

Publié le 19 Août 2016

Il fait lourd... et je me surprends à rêver des teintes romantiques de l'automne, de ses brumes légères, des frimas de septembre et des envies de se lover dans les bras de l'être aimé. Quoi de mieux que de rester nichée au creux du cou, pour ne plus jamais en sortir?

Qu'y a-t-il de plus enivrant que de se laisser séduire par le langage de la peau ? Comme ce frisson sous un souffle, comme cette brûlure sous un baiser, comme cette caresse qui étourdit les sens… Le langage de la peau, cette envie, cet appeau, cette magnifique raison d’être ensemble !

Voir les commentaires

Publié le 15 Août 2016

Par définition, c'est la nuit de San Rocco où l'on aperçoit les étoiles filantes. En vrai, toute la période autour de la mi-août est propice à l'observation de tels phénomènes. Et pourtant, et pourtant... je n'en ai jamais vu.

Mais qu'importe! Car j'ai dans ma vie une personne que je surnomme mon étoile filante. A-t-on jamais vu une fourmi croiser une étoile, filante qui plus est ? Eh bien, oui, il existe une constellation, une nébuleuse qui, par sa forme, évoque une fourmi. C'est pour cette raison que je lui ai donné ce surnom. La rencontre improbable qui nous a unis a eu lieu, malgré nos trajectoires si différentes.

La vie est toujours pleine de surprises.

Voir les commentaires

Publié le 13 Août 2016

Je faisais le constat, cette semaine, que quelques rayons de soleil, un horaire estival et les rencontres avec des copines telles que Pucca, Mèche et FemmeNormale avaient des effets des plus agréables et ce, même si certains thèmes abordés n'étaient pas toujours réjouissants.

A force de réflexions, d'avis divers, on prend conscience de la vie qu'on a, de la manière dont on fonctionne, des chances qu'on se donne, des limites qu'on se pose. J'ai pour ma part une belle vie, une famille sympa - ce qui n'exclut pas les frictions - un job prenant - même si je râle quelquefois - et de chouettes amies. Franchement, y a pire.

Mais il est aussi vrai que je me simplifie la vie. S'énerver pour quelque chose qui n'en vaut pas la peine, j'ai laissé tomber. Tout comme lâcher prise quand je ne peux pas influencer certains événements. Savourer les instants qui comptent, car chacun d'eux est perdu si l'on passe à côté. Donner le meilleur de moi et, si c'est en vain, je sais que j'aurai fait ce qu'il fallait.

Pas de regrets. Éliminer ce qui mine, use, aigrit. On n'a qu'une vie et c'est celle-ci. Comme je ne suis pas à l'abri de ses aléas, de ses accidents, de ses brusques tournants, je la choie, je fais en sorte qu'elle soit harmonieuse. Tous les jours, j'apprends et je continue mon chemin.

Voir les commentaires